Intersyndicale des finances publiques : grève nationale le 15 novembre 2016
Dernière mise à jour le 6 novembre 2016
Imprimer cet article logo imprimer

Communiqué de presse intersyndical :

Blocage des échéances dans tous les départements !

Les agents des Finances Publiques, répartis sur l’ensemble du territoire des Pyrénées Orientales, ont déjà paralysé la campagne de déclaration impôts sur le revenu en mai-juin dernier. Soient 6 semaines de blocage total du principal site du département qui avait accueilli en 2015 jusqu’à 3000 personnes par jour. Il aura fallu tout ce temps pour que le ministre Mr Eckert nous reçoive et pour que la direction générale des Finances Publiques (DGFIP) prenne en compte notre mouvement.

Cet automne, ce mouvement prend une dimension nationale. L’intersyndicale de la DGFIP appelle à des actions sur la durée à compter du 10 octobre.

En particulier, le blocage d’un site par département aura lieu le 17 octobre dernier jour d’échéance de paiement de la taxe foncière où l’affluence est maximale en octobre.

Une grève nationale est appelée le 15 novembre, soit la plus grosse échéance annuelle de paiement (taxe d’habitation). Elle sera précédée de blocages sur la durée dans de nombreux départements qui se préparent dans ce sens. Plusieurs actions sur la durée sont déjà en cours dont le Nord ou la Corse.

Il s’agit simplement d’obtenir, dès la LOLF votée au parlement cet automne, les moyens suffisants pour remplir nos missions de service public. Ainsi que de stopper les réformes et restructurations destructrices de nos missions.

Le service au public en danger

Les contribuables, pourtant empêchés, le comprennent de mieux en mieux. Ils constatent déjà que les agents de service public :

- n’ont plus les moyens de recevoir les contribuables,

- n’ont plus les moyens de traiter leurs demandes, de faire les mises à jour, de répondre au téléphone

- n’ont plus les moyens d’assurer l’ensemble de leurs très nombreuses missions souvent pointues et techniques qui vont de l’assiette et du recouvrement de l’impôt des particuliers ou des entreprises au paiement des dépenses des collectivités locales...

- n’en peuvent plus des modifications incessantes de la loi de finances qui provoquent incompréhension et colère chez les usagers

- sont renvoyés systématiquement sur internet et maintenant vers des n° de téléphones surtaxés.

Et tous ces agents sont également en charge, au-delà de l’encaissement des recettes de l’État et des collectivités locales, de payer aussi leurs dépenses, de lutter contre la fraude fiscale.

Avec 37000 suppressions d’emplois en 13 ans et depuis la fusion « Impôts-Trésor » en 2008, nous avons subi plus de suppressions d’emplois que n’importe quelle autre administration… Bercy est censée être exemplaire et continue de payer le plus lourd tribut à la casse de l’emploi public. Il s’agit d’un véritable plan social dont personne ne parle !!!!

Aujourd’hui les agents et leurs organisations syndicales sont conscients de la gêne occasionnée auprès des usagers par leurs actions. Depuis des années, tous ont eu à cœur de préserver le service public dans ces périodes cruciales d’affluence. Mais sans action d’ampleur, ils ne sont jamais entendus.

Le budget de l’état en danger. D’où viennent les déficits ?

Par ailleurs, les Services Publics ne sont en rien responsables de l’augmentation des déficits. Sinon, au vu des suppressions massives d’emplois dans les 3 fonctions publiques, il y a longtemps que la courbe aurait dû s’inverser.

Sauf que les cadeaux aux entreprises, surtout les plus importantes grèvent de manière importante le budget de l’État, ainsi le coût du CICE en 2015 est de plus de 18 milliards d’€. Sans contrepartie en terme de création d’emploi et le plus souvent pour rémunérer des actionnaires.

Depuis 2008, la majeure partie du déficit provient non de l’augmentation des dépenses mais essentiellement de l’effondrement des recettes. La croissance en berne est loin de tout expliquer. Les mesures d’exonération successives grèvent lourdement le budget. La fraude fiscale s’élève en France à plus de 60 milliards d’€, pensez-vous qu’en supprimant autant d’emplois dans la seule administration en charge de lutter contre cette fraude on puisse raisonnablement penser y arriver ?

C’est à se demander si nos gouvernements successifs ont réellement la volonté de lutter contre cette fraude fiscale...........

La dette publique ne se compose pas uniquement du salaire des fonctionnaires, loin de là !

Dans les Pyrénées Orientales, comme dans beaucoup d’autres départements, le principal site (sur Perpignan) sera bloqué le 17 octobre puis du 3 au 17 novembre. Les agents seront tous en grève le 15 novembre et par roulement les autres jours.

puce Plan du site puce Contact technique puce Espace rédacteurs



2010-2017 © Site de la CGT des P.-O. - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.70.33