Pourquoi et pour qui la formation syndicale ?
Dernière mise à jour le 25 juin 2015
Imprimer cet article logo imprimer

Voilà une question qu’elle est bonne !

Si vous êtes venu chercher la réponse, c’est parce que vous possédez une saine curiosité et que la formation est faite pour vous !

Si cette réponse lapidaire ne vous suffit pas, encore une fois vous avez raison, je vous félicite. Toutes les vraies réponses ci-dessous. Bonne lecture.

JPEG - 48.2 ko

Pourquoi, la formation syndicale ?
Pour être efficace, tout simplement.

Pour équiper nos syndiqués, militants, dirigeants en savoirs et savoirs faire pour agir, mener et conduire leur activité, remplir leur mandat.

Bâtir une économie performante pour servir le progrès social exige d’arrêter de dévaloriser le travail humain. Il faut au contraire lui donner un nouveau statut qui permette de développer toutes les potentialités des individus. La sécurité sociale professionnelle revendiquée par la CGT conjugue accès à l’emploi correctement rémunéré, déroulement de carrière grâce à des droits attachés à chaque personne quelles que soient les évolutions des entreprises, et droit à une véritable formation tout au long de la vie.

Gagner de telles avancées sociales ne sera pas possible sans des syndiqués nombreux, pleinement acteurs décideurs.

Parmi eux, il en faut qui assument des responsabilités à tous les niveaux de l’organisation. Ils et elles sont élus sur la base de la confiance que les autres leur accordent. C’est primordial.

Cela ne dispense pas d’acquérir les connaissances et plus largement les capacités indispensables à la réussite de la mission qui leur est confiée. Cela a toujours été vrai.

Aujourd’hui c’est devenu déterminant. Parce que le champ du syndicalisme s’élargit, les questions se complexifient, le salariat s’est beaucoup diversifié, les techniques évoluent dans le syndicalisme comme dans la société.

Tout cela donne à la formation syndicale une place nouvelle et un rôle différent. Développer une formation syndicale accessible, répondant aux besoins de chacune et de chacun, dès l’adhésion, au fur et à mesure des prises de responsabilités, puis tout au long de sa vie syndicale constitue un enjeu majeur pour que la Cgt atteigne les objectifs qu’elle se fixe.

Pour qui, la formation syndicale ?

La formation syndicale est un droit pour tous les syndiqués, les militants, les dirigeants. C’est un droit qui doit pouvoir s’exercer dès leur adhésion et tout au long de leur vie syndicale.

La Cgt souhaite que chacune et chacun de celles et ceux qui la composent exercent pleinement leur citoyenneté syndicale. Etre citoyen, c’est avoir des droits et des devoirs qui se présentent souvent comme les deux faces d’une même pièce. Côté pile, j’ai le droit d’être consulté. Côté face, j’ai le devoir de donner mon opinion.

Les droits de chaque syndiqué renvoient aux devoirs de l’organisation. A elle, la Cgt, du syndicat à la confédération, d’informer, d’organiser la vie syndicale, pour permettre à chaque syndiqué d’exercer pleinement ses droits et ses devoirs.

Evidemment, le droit (qui est aussi un devoir) de participer à la vie syndicale ne se concrétise pas de la même manière pour toutes et tous. Les circonstances, les disponibilités, les envies ne sont pas les mêmes, au même moment de la vie, pour toutes et tous. Et heureusement !

Les parcours à l’intérieur de l’organisation, comme dans la vie en général, sont divers. Tel syndiqué sera très rapidement élu, mandaté, ou aura une responsabilité particulière dans l’organisation, alors que tel autre pourra très bien rester syndiqué toute sa vie sans exercer d’autres responsabilités que celle de participer, à sa place de syndiqué, à la vie syndicale. Et c’est déjà très important. Tous les cas de figure peuvent exister.

L’important, c’est que chacun soit à l’aise et en capacité de jouer pleinement son rôle, là où il est. Pour lui-même et pour l’efficacité de l’organisation. Pour cela, il y a des choses à savoir, à comprendre (comment fonctionne l’entreprise, la société en général, la nature et le sens des décisions ou propositions patronales ou des pouvoirs publics, le rôle des syndicats, la nature et le sens de leurs propositions, le rôle des élus, les droits des salariés…) et aussi des choses à savoir faire, surtout si on exerce une responsabilité particulière.

Pour acquérir ces savoirs et savoir-faire il y a trois vecteurs qui doivent se conjuguer : la pratique (c’est en forgeant qu’on devient forgeron), la lecture de la presse syndicale (un homme, une femme informé en vaut deux)…et la formation syndicale (un syndiqué formé en vaut 3). Imaginons maintenant un syndiqué militant, formé qui lit la presse, on a 6 forgerons ! ca sert à rien mais c’est épatant !

puce Plan du site puce Contact technique puce Espace rédacteurs



2010-2017 © Site de la CGT des P.-O. - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.70.33