Déclaration de l’Assemblée Générale des syndicats CGT 66 contre le Front National.
Dernière mise à jour le 18 janvier 2014
Imprimer cet article logo imprimer

DECLARATION PUBLIQUE DE LA CGT66.

L’Union Départementale CGT 66 constate sur le département que la montée des thèses d’extrême droite vient percuter les luttes progressistes dont le syndicalisme est porteur.

Le creusement des inégalités, le cortège de licenciements, le pouvoir d’achat qui recule pour les actifs et les retraités, le chômage de masse notamment des jeunes, sont un terreau qui désoriente et peut donner de la résonance aux thèses d’exclusions, raciste et xénophobes.

S’opposer aux thèses d’extrême droite passe par des politiques sociales ambitieuses qui ne laissent pas des pans entiers de la population au bord de la route.
Les services publics et la protection sociale sont les garants de la cohérence et de l’unité de la République.

La casse du programme du Conseil National de la Résistance, initiée par la droite et le MEDEF et largement poursuivie par le gouvernement actuel, doit prendre fin
immédiatement.

Les valeurs de solidarité, d’entre aide, d’égalité et de fraternité doivent reprendre leur
place face à des valeurs égoïstes et individualistes portées par les idéologies capitaliste et libérale.

Nous appelons à stopper la banalisation du FN. Non ce n’est pas un parti politique
comme les autres. Son discours démagogique et populiste l’installe en position de
référence grâce aux fenêtres médiatiques offertes à ses leaders.

Les idées qu’il défend ne seront jamais nos valeurs.

Dans l’actualité proche, le mouvement des « bonnets rouges » a surfé sur les thèses
populistes portées par des organisations patronales et des groupements proches de
l’extrême droite. Il a trompé des ouvriers qui y ont vu un exutoire à leur colère.
Ce pays n’a pas besoin de moins d’État. Il a besoin d’un État qui garantisse une
République juste par une meilleure répartition des richesses.
Le système actuel de la collecte de l’impôt est injuste et ne respecte plus notre
constitution qui le prévoyait équitable.

Le syndicalisme est parti intégrante de notre démocratie et il est dans son rôle lorsqu’il se positionne sur des sujets qui divisent les travailleurs et la société toute entière.

Les syndicats réunis en Assemblée Générale le 16 janvier 2014 s’engagent à
combattre dans l’entreprise et dans la cité la montée de l’extrême droite en menant
une campagne d’information en direction de nos syndiqués et des salariés.
Ils œuvreront avec les autres forces syndicales et associatives pour mener
ensemble des actions et initiatives communes dans les prochaines semaines afin
de créer un mouvement social solidaire respectueux des différences.

Conscients des manipulations et de l’entrisme exercés par le Front National dans le mouvement syndical à l’occasion des élections municipales, les syndicats de la CGT 66 déclarent que les thèses du Front National sont incompatibles avec les valeurs de la CGT et que toute personne se réclamant des thèses racistes, xénophobes, se déclarant candidat frontiste se place d’elle même en dehors de la CGT.

Perpignan, le 16 janvier 2014

puce Plan du site puce Contact technique puce Espace rédacteurs



2010-2017 © Site de la CGT des P.-O. - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.70.33